Qu’est ce que la permaculture ?

                                                              Permaculture

 

La permaculture – étymologiquement un mélange des mots « culture » et « permanent » – est un mode de culture respectueuse et responsable, qui consiste à concevoir des systèmes à la fois durables et efficaces. Cette philosophie, empreinte d’une éthique forte, est connue car de plus en plus appliquée dans l’agriculture, mais elle intervient également dans notre société et notre vie personnelle. Le concept s’articule autour de trois éthiques, qui en sont les piliers : être attentif à l’humain, à la terre, et redistribuer les surplus.

Dans les années 1970, ce sont les Australiens Bill Mollison et David Holmgren qui publient un ouvrage expliquant le concept de permaculture (Permaculture One: A Perennial Agriculture for Human Settlements, 1978). Ils se sont inspirés de différents modes de culture, tant anciens que nouveaux, et le concept évolue toujours aujourd’hui avec les découvertes scientifiques. Le but était de donner une direction à prendre, tout en sachant que les techniques de culture s’amélioreraient au fil des années.

Comme le souligne le chercheur français Claude Bourguignon depuis plusieurs décennies, la moindre céréale, le moindre fruit ou légume que nous consommons dans le circuit de la grande distribution a subi au moins trois traitements chimiques pour être protégés des insectes et pour pousser plus vite. La conséquence d’un tel usage est catastrophique pour les sols et pour la qualité des produits. Il souligne par ailleurs que 80% de la biomasse vivante terrestre se trouve dans les sols, et nous en avons déjà détruit 90%… En effet, avec les pesticides et les engrais notamment, les micro-organismes qui donnent habituellement les nutriments nécessaires aux plantes meurent petit à petit. La mort de la biomasse de nos sols rend donc la terre compacte, et empêche l’eau de s’infiltrer et de nourrir les micro éléments. L’érosion des sols est également due à une pratique ancestrale : le labour. En effet, même si cette accusation ne fait pas l’unanimité chez les agriculteurs car le labour est légion depuis des siècles, Claude Bourguignon explique que retourner la terre et utiliser des pesticides appauvrit le sol de la pire des manières et le rend impénétrable pour l’eau. Ainsi, nos sols s’appauvrissent de jour en jour et deviennent de moins en moins fertiles, à cause du labour et des produits chimiques notamment.

Dans ce contexte d’appauvrissement des sols qui a pour conséquence des rendements de plus en plus bas et une qualité de produits décroissante, certains agriculteurs se sont mis à la permaculture, qui a pour essence de rendre le sol plus riche. Par différentes techniques, ancestrales ou modernes, les permaculteurs réussissent le défi d’augmenter le rendement de leurs parcelles en créant de véritables écosystèmes dans lesquelles les micro-organismes ont chacun des rôles bien définis. Le mode d’exploitation le plus couramment utilisé est la culture sur butte. En effet, ce mode de culture permet une augmentation des surfaces cultivables de 20% et un enrichissement des sols très efficace ; et donc un rendement largement supérieur au labour classique. Cette méthode est justifiée car les permaculteurs ont une vision circulaire de la chaîne alimentaire. Traditionnellement, à l’école, on nous apprend la chaîne alimentaire sous la forme d’une pyramide, avec les êtres vivants au sommet de la chaîne qui ont un rôle à sens unique. Mais dans cette vision cyclique, chaque organisme vivant se nourrit d’éléments, mais les nourrit également, soit en étant mangés, soit par les excréments qu’il rejette par exemple. Prenons le cas d’une culture de tomates menacée par les pucerons. Deux réactions sont possibles face à cela. Soit l’on va traiter les plants avec des insecticides pour faire disparaitre ces pucerons, sans prendre en compte les effets positifs de ces derniers puisqu’ils peuvent fournir des nutriments à d’autres êtres vivants. Soit l’on va insérer des coccinelles par exemple, pour que naturellement, le nombre de pucerons descende, sans pour autant modifier l’écosystème de manière négative. Et à terme, la présence des coccinelles va avoir des retombées positives pour la biomasse puisqu’elle en est une contributrice importante, en pollinisant les plantes entre autres.

 

Vision de la chaîne alimentaire classique (pyramidale) et en permaculture (cyclique) – (©Le Guide du Permaculteur Débutant – V2)

 

La permaculture a donc pour but ultime d’optimiser les écosystèmes et de les aider à être le plus riche possible. Mais cela va se faire naturellement par l’apport d’insectes, d’animaux, et de micro-organismes naturels. Ainsi, le savoir qui se développe sans cesse sur le fonctionnement de nos sols est utilisé pour rendre le sol plus productif, avec la contrainte de n’avoir que des retombées positives. Il en est de même pour les sources d’énergie des exploitations. A la ferme du Bec Hellouin, ferme référence dans la permaculture en France, une alternative à la culture sous serres a été mise en place. Pour faire pousser des produits qui poussent habituellement sous serres chauffées à l’électricité, ils ont reproduit un véritable écosystème sous serre, auquel ils ont ajouté des animaux qui produisent une chaleur naturelle, utilisée pour faire pousser des fraises par exemple. On voit donc que chaque élément est utilisé pour contribuer au bon fonctionnement des autres. C’est toujours ce concept de chaîne alimentaire circulaire, où les éléments sont dépendants les uns aux autres. Dans la même veine, mettre des cultures « fragiles » dans une forêt par exemple va avoir énormément de retombées positives. On peut penser à la protection pendant une tempête par exemple, mais également à l’apport des arbres à l’écosystème grâce aux feuilles qui tombent, et produisent des nutriments pour les micro-organismes de l’écosystème.

Vous l’aurez compris, l’outil de base d’un permaculteur est le design. En effet, pour pouvoir optimiser son écosystème, il faut l’imaginer et le designer, avec le savoir scientifique dont on dispose grâce aux recherches. Le but est d’identifier les effets positifs et négatifs de chaque élément et de les placer là où ils seront les plus bénéfiques pour l’écosystème. Le design permet d’organiser ces micro-organismes. En choisissant de mettre telle plante avec une autre, le permaculteur imagine l’activité de chacune, intègre les insectes ou animaux nécessaires et les met en interaction pour générer un rendement intéressant. On pourrait faire un parallèle dans un domaine qui n’a rien à voir, mais c’est le même principe que la création de pôles d’innovations comme la Silicon Valley aux Etats-Unis. En effet, une grande partie des acteurs des nouvelles technologies se côtoient dans un village. A l’image de cette mise en commun des compétences, le permaculteur va choisir de mettre en interaction différents organismes afin qu’en interagissant, ils puissent créer un écosystème ultra productif.

 

Voici un exemple de design d’un terrain (©Le Guide du Permaculteur Débutant – V2)

 

A travers cette présentation du concept de permaculture, l’objectif est de montrer que des belles alternatives voient le jour pour essayer de minimiser notre impact négatif sur l’environnement. Et cela prouve surtout que la situation n’est pas fatalement mauvaise, mais que grâce à ces initiatives nous pouvons renverser la situation. Il est aussi important de préciser que nous avons évoqué le cas des grosses exploitations, car elles sont les exemples les plus visibles ; mais vous pouvez vous lancer dans la permaculture avec un potager par exemple que vous alimentez avec votre propre compost. En effet, il vous faut imaginer et faire le design de votre petit écosystème. Pour cela, vous disposez de beaucoup de ressources sur internet, mais vous pouvez également avoir recours à des entreprises spécialisées qui vous aideront dans la conception et la réalisation de votre potager.

On espère que cette petite présentation vous a plu, n’hésitez pas à nous poser des questions si vous en avez, nous nous ferons un plaisir de vous répondre. Dans le prochain article, nous parlerons de plusieurs exploitations dans le monde qui suivent cette philosophie de permaculture.

 

SOURCES

https://www.permaculturedesign.fr/

https://izap4u.com/izap4u-documentaires/zap-180-introduction-a-permaculture-fr/

Your email address will not be published. Required fields are marked *