Microplastique: un déchet invisible polluant nos océans

pollution ocean- microplastique

 

Qu’appelle-t-on microplastique ?

 

Le Microplastique se définit comme une fine particule de plastique de moins de 5 mm de diamètre. Il en existe deux types en fonction du processus de formation : les microsplastiques primaires et secondaires. Les microsplastiques primaires sont synthétisés comme additifs dans le secteur du cosmétique (exfoliant, dentifrice), pétrochimie (granulé plastique industriel, abrasif industriel) et secteur vestimentaire (fibre synthétique).  Les microplastiques secondaires résultent de la dégradation d’éléments de plus grandes tailles (bouteilles, pneus, lessives vêtements) réduits en fragments grâce à l’action du soleil et des micro-organismes.

 

D’où viennent les Microplastiques ?

 

provenance microplastique-pollution- sac plastique- microplastique

 

Constat accablant pour la planète

 

Ce fléau ne date pas d’hier, cette prise de conscience remonte aux années 80 où des scientifiques de l’université d’Alaska avaient identifié l’effet néfaste des microsplastiques sur l’espèce animale. Ensuite, des navigateurs, scientifiques, cinéastes, médias alertèrent sur le phénomène d’accumulation de microplastiques dans l’océan sans réel impact.

Le rapport de la fondation Ellen MacArthur déclarant, « il y aura autant de microplastiques que de poissons dans les océans ! », tire la sonnette d’alarme en 2016 et interpelle l’opinion publique.

Aujourd’hui malgré cette prise de conscience le constat reste accablant : 90 % des déchets en mer sont d’origine plastique et 92 % d’entre eux ont une taille inférieure à 5 mm.  En effet, 250 000 tonnes de plastique dont 21 000 tonnes de microparticules flotteraient dans les mers du monde. Cette pollution entraîne d’énormes gyres (gigantesque tourbillon d’eau formé d’un ensemble de courants marins), concentrant les débris et voguant sur les océans appelés aussi Vortex il en existe plusieurs dans le monde : Océan indien, Atlantique nord- sud, Pacifique Nord- Sud.

 

Sac plastique- Microplastique- gyres- pollution

 

Danger sur l’écosystème !

 

Les microparticules représentent de nombreuses menaces pour l’environnement. Tout d’abord sur la faune marine, des observations démontrent de nombreux décès dus à des étranglements ou ingestion de plastique entraînant suffocation ou obstruction des voies digestives.

“Les nombreux fragments de plastiques ingérés par les animaux ne leur laissent plus de place dans l’estomac pour manger. Ils meurent alors le ventre vide”

Les microplastiques sont vecteurs de polluants chimiques très toxiques, une fois ingérés par les espèces animales ces phénomènes se répercutent sur leur santé et indirectement sur les humains. En effet, l’ensemble de la chaîne alimentaire est touchée, les microplastiques se chargent de toxines diverses dans les océans et génèrent un dérèglement complet chez les poissons. Selon des études, les microplastiques perturbent les systèmes hormonaux, créées des dommages cérébraux et troubles du comportement chez les poissons.  Les hommes étant à la fin de la chaîne alimentaire, ce fléau invisible impact directement sur leur santé.  Le poisson n’apportant plus les apports nutritionnels habituels et transmettant des toxines très toxiques pour l’homme entraînant une baisse des capacités de reproduction. Les effets néfastes ne sont pas clairement établis, cependant certains faits sont avérés comme des réactions inflammatoires, baisse de l’apport nutritionnel et baissent des capacités de reproduction.

Fléau invisible- microplastique- sac plastique- pollution- ocean

 

Enjeux majeurs pour le futur

 

Cette crise représente un enjeu planétaire, chaque pays à sa part de responsabilité.  Cette catastrophe impact la faune et la flore de manières durables. Il est grand temps d’agir et de prendre les mesures à l’ampleur de ces enjeux sociétales, économiques et environnementales. L’océan joue un rôle primordial dans la régulation du climat mondial. La mer est également au cœur de notre économie durable. La mer et les océans font partie d’un écosystème représentant une partie de la biodiversité mondiale qu’il faut protéger. Partant de ce postulat les pays en voie de développement générant le plus de déchets plastiques ont un rôle primordial à jouer dans cette lutte. Lors de l’évènement organisé à Nairobi par le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE) en 2017, plus de 200 pays ont signé à un accord visant à éliminer la pollution engendrée par le plastique dans les océans.  La Chine a également signée cet accord et s’engage à surveiller la quantité de plastiques versés dans la mer. Cette mesure est un signe fort et un énorme pas pour la sauvegarde de l’écosystème marin.  Les pays ont pris conscience des mesures à mettre en place pour éradiquer ce phénomène.

 

Solutions pour une planète plus verte

 

L’heure est à la mobilisation pour combattre ce fléau invisible. À grande échelle, de nombreux projets fleurissent pour éradiquer cette pollution néfaste. L’innovation pourrait être le fer de lance de cette lutte pour éradiquer les microplastiques. Le projet innovant de Ocean Cleanup retient plus particulièrement l’attention.

En effet, le jeune Néerlandais Boyan Slat a eu l’idée folle de déployer une série de barrières flottantes, une sorte d’entonnoir géant, permettant de concentrer et ramener les débris vers une plateforme capable de les traiter. Ce projet pourrait éliminer une grande partie des macroplastiques et combiner au projet de SeaVax pourrait complètement éradiquer les microplastiques. Seavax est un bateau propulsé à l’énergie solaire aspirant et stockant les microsplastiques.

À plus petites échelles, chaque citoyen peut apporter sa pierre à l’édifice. Il faut sensibiliser les populations, repenser la façon dont nous produisons et consommons. Des gestes simples du quotidien pourraient diminuer la pollution des océans. Voici quelques exemples simples : (choisir des produits d’hygiène sans micro-bille de plastique, utiliser des gourdes, refuser les ustensiles jetables paille ; couverts ; gobelets, ne pas jeter ses mégots n’importe où, ramasser les déchets et jeter les déchets dans les poubelles prévues pour).

 

surfrider-collecte-dechets- mobilisation

 

L’équipe Direct Imex vous remercie pour cette lecture et reste à votre disposition pour de plus amples explications. On vous invite à aller voir nos gammes de sacs 100% compostables afin de d’éradiquer les microplastiques dans les océans et sauvegarder cet écosystème fragile.

 

Références :

http://www.ompe.org/le-danger-permanent-des-microplastiques/

https://www.greenweez-magazine.com/la-pollution-des-oceans-plus-quun-constat-des-actions/

https://theconversation.com/pollution-des-oceans-par-le-plastique-des-solutions-existent-74336

https://www.ecco-verde.fr/info/beauty-blog/microplastique-un-double-danger

Your email address will not be published. Required fields are marked *