Quel avenir pour nos déchets plastiques ?

Christophe Sacs Réutilisables Ecologiques 0 Comments

Chaque année huit millions de tonnes de plastique sont déversées dans les océans, l’équivalent d’un camion benne toutes les minutes. Les microparticules qui se détachent du plastique ont même formé ce que les scientifiques appellent le septième continent (si cela vous intéresse, nous avons un article qui traite de ce sujet ici). Ces quantités astronomiques de déchets plastiques commencent à attirer l’attention de l’opinion publique.

En effet, à l’image du projet The Ocean Cleanup, de nombreux projets commencent à voir le jour pour essayer de freiner la pollution des océans. A 18 ans, Boyan Slat s’est fait connaître en participant à une conférence TED, où il présentait le problème de la pollution océanique sous un œil différent. Il a proposé de s’attaquer à la problématique en trouvant un moyen de récolter les déchets, projet qu’il développe depuis, et qui devrait voir le jour au début de l’année 2018. Le concept est de créer un courant naturel qui déplacera le plastique dans un filet. Le processus est actuellement testé en Mer du Nord, au large des Pays Bas. Si ce projet se révèle efficace, il pourrait permettre de récupérer des quantités de plastique énormes, qui se baladent actuellement dans nos océans.

Parallèlement, de plus en plus d’entreprises se spécialisent dans la transformation de ces déchets plastiques. En effet, en France par exemple, à partir de bouteilles plastiques sont créés des vêtements, des chaussures, des intérieurs de voiture, et même des sacs (nous proposons des sacs rPET, et si cela vous intéresse, jetez un œil ici). Ce recyclage des plastiques se fait déjà depuis plusieurs années, mais des grosses marques se sont lancées dans cette activité.

En effet, Adidas, en partenariat avec l’association Parley for the Oceans, fabrique désormais des chaussures de sport à partir de bouteilles de plastique. Le principe est de transformer les bouteilles de plastique en fibres, qu’ils peuvent ensuite tisser pour faire la chaussure. Vingt-deux bouteilles de plastique sont utilisées pour fabriquer une paire. Lorsqu’on sait que Nike vend 25 paires de chaussures par seconde dans le monde (800 millions par an), imaginez que seulement 25% de ces chaussures sont faites de matière recyclée, cela équivaut à plus de deux milliards de bouteilles recyclées utilisées pour fabriquer des chaussures. Si de plus on agrandit l’échelle à tous les fabricants de chaussure, le besoin deviendrait encore plus grand. Ainsi, peut être que des entreprises investiraient dans le nettoyage des océans, qui s’avère être un réservoir gigantesque de matières plastiques à recycler.

On voit donc que les déchets plastiques tendent à être considérés comme des matières premières à part entière. Quand on sait la quantité de plastique consommée toutes les minutes sur terre, c’est une ressource quasiment inépuisable. De plus l’impact sur l’environnement est amoindri, puisque si les déchets plastiques sont récupérés, ils ne finiront plus dans l’océan ou dans la nature, mais tout simplement recyclés.

L’objectif de vous parler d’un tel sujet est de vous montrer toutes les opportunités que l’on peut saisir des vices de notre système pour le rendre meilleur. Dans ce cas-là, il s’agit de donner une valeur à nos déchets en les incluant dans le système de production. Ainsi, il ne reste plus qu’à nous de trouver les alternatives les plus innovantes quant à la récupération des déchets. A son échelle, Direct Imex essaye de luter contre cela en vous proposant des alternatives et des solutions concrètes afin d’aider notre planète.

 

Sources:

https://www.consoglobe.com/adidas-dechets-plastiques-semelles-cg

http://www.leparisien.fr/economie/business/ils-fabriquent-des-vetements-avec-des-bouteilles-en-plastique-02-10-2017-7301070.php

https://www.theoceancleanup.com/

Le rPET, vous connaissez ?

Les sacs plastiques: un enjeu sociétal mondial !

Your email address will not be published. Required fields are marked *